Le Ministre wallon de l’Économie, Jean-Claude Marcourt, m’a demandé de mener un travail de prospective sur le redressement économique de la Wallonie, vu sous l’angle de ses enjeux citoyens. Basé sur une trentaine d’entretiens individuels, ce texte se décline sous la forme d’un triple « Pacte pour la Wallonie » : pacte industriel, pacte social et pacte territorial.

Il a été présenté à la presse à Namur ce vendredi 21 février 2014.

« Un pacte pour la Wallonie » est le fruit d’une réflexion prospective collective qui propose des pistes pour le renouveau socioéconomique de la Wallonie.
 
En 2008, au moment d’évaluer le Plan Marshall, la commission Zénobe 1 a été mise sur pied. Composée d’une trentaine de personnalités issues d’horizons économiques, culturels et politiques différents, sa mission était d’identifier des actions susceptibles d’améliorer la compétitivité et de garantir un développement du bien-être de tous les citoyens. Les débats, qui se sont étalés sur plus d’une année, ne devaient souffrir d’aucun tabou, ni exclusive, ce qui fut le cas.
 
Cinq ans et une législature plus tard, c’est avec la même liberté et en totale transparence que le Professeur Edouard Delruelle a été chargé de mener à bien un pareil travail prospectif. Objectif identique, mais changement de méthode. Edouard Delruelle a rencontré une trentaine de personnalités avec lesquelles il a dressé, au départ d’un état des lieux sans concessions de la Wallonie, les grandes lignes d’un futur possible, et identifié les chantiers de réflexion les plus urgents. Il a aussi, le temps d’un séminaire, rassemblé une dizaine de spécialistes travaillant sur la 6e réforme de l’Etat.
 
La ligne de force du « Pacte pour la Wallonie« : la réindustrialisation de la Wallonie a besoin d’un Etat catalyseur d’innovations, protecteur des individus et fédérateur des territoires.