Edouard Delruelle

Edouard Delruelle est Professeur de philosophie politique à l’ULg.
Codirige l’unité de recherches Matérialités de la politique. Références philosophiques majeures: Machiavel, Spinoza, Marx, Foucault, Balibar.
Ancien directeur-adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (2007 – 2013). Intellectuel engagé dans des combats tels que le droit de mourir dans la dignité, le dialogue interculturel et la justice sociale. Edouard Delruelle est né le 12 février 1963 à Liège.

Carrière académique

Après des études de latin-grec à l’Athénée Royal Charles Rogier (Liège 1), il obtient une Licence (Master) en philosophie en 1986. Son mémoire de fin d’études sur Lévi-Strauss et la philosophie est publié en 1989 chez de boeck-Université.

Edouard Delruelle2Aspirant du FNRS (1987-1991), il entame une thèse de doctorat sur la question juive chez Arendt et Habermas, dans une perspective fortement inspirée par la notion de différend de Jean-François Lyotard. Il obtient le titre de Docteur de Philosophie et lettres en 1991. La thèse est publiée en 1993 chez Ousia , sous le titre Le consensus impossible. Le différend entre éthique et politiques chez Arendt et Habermas.

Après avoir été « chargé de recherches »  puis « chercheur Qualifié » du FNRS, il devient Professeur à l’ULg en 1996 : « chargé de cours » (« maître de conférences » en France) de 1996 à 2002, puis « professeur ordinaire » depuis 2002. Il préside le Département de Philosophie de 2001 à 2007. De 2005 à 2007, il est également membre du Conseil d’administration de l’Université de Liège.

En 1999, il publie chez Labor L’Humanisme, inutile et incertain ? Une critique des droits de l’homme. Puis, en 2004, Métamorphoses du sujet. L’éthique philosophique de Socrate à Foucault (de boeck-Université) et L’impatience de la liberté. Autonomie et démocratie (Labor).

Son enseignement porte sur la philosophie politique et morale, la philosophie du droit et l’éthique. Il codirige avec Florence Caeymaexl’unité de recherches « Matérialités de la politique », qui compte aujourd’hui une douzaine de chercheurs. L’UR édite une revue scientifique en ligne, Dissensus.

Engagements citoyens

Parallèlement à sa charge académique, Edouard Delruelle s’est engagé dans divers combats citoyens.

Dans les années 90, il milite en faveur de la légalisation de l’euthanasie. Membre du Comité consultatif de bioéthique, il est désigné co-rapporteur de la Commission « euthanasie » chargée de faire des propositions au Parlement belge sur l’opportunité d’une législation en la matière  (voir « Avis sur l’euthanasie»). Ce rapport a été à la base de la loi belge dite « Mahout-Monfils » qui a dépénalisé l’euthanasie.

En 2004, il devient membre du Conseil Supérieur de la Justice.

En 2004, la Ministre fédérale de l’égalité des chances, Marie Arena, institue la Commission du dialogue interculturel (2004-2005) chargée de faire des propositions aux pouvoirs publics en matière de multiculturalité et d’intégration des populations non-européennes. Il en est désigné co-rapporteur (avec Rik Torfs, aujourd’hui Recteur de la KU-Leuven) (v° Rapport final du dialogue interculturel).

C’est suite à cet investissement dans la question interculturelle que le Gouvernement fédéral le nomme, en 2007, Directeur-adjoint du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme (tout en conservant une charge académique partielle à l’ULg). Cette fonction dirigeante au Centre l’amène à devenir administrateur suppléant à l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (Fundamental Rights Agency) (2007-2009) et membre du Conseil de déontologie journalistique (CDJ) (2010-2013), ainsi que membre du Comité de pilotage des Assises de l’interculturalité, où il s’oppose aux orientations du courant multiculturaliste (voir «Note minoritaire Assises»).

On trouvera une réflexion rétrospective de son expérience au Centre pour l’égalité des chances dans le volume « 20 ans Centre » et dans l’interview accordée à La Libre Belgique le 13 juin 2013.

Souvent sollicité par les médias, Edouard Delruelle a tenu une chronique régulière sur la chaîne de radio publique La Première entre 2008 et 2012. Une sélection de ses chroniques figure sur ce site.

Aujourd’hui

Depuis juin 2013, Edouard Delruelle a réintégré son poste de Professeur à temps plein à l’Université de Liège.

Il est également expert au cabinet de Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie, des PME, du Commerce extérieur, des Technologies nouvelles et de l’Enseignement supérieur.

Il est aussi engagé dans le monde associatif : membre du Conseil d’Administration de la Fondation Emile Bernheim depuis 2008 ; membre du Comité d’Honneur de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité ; membre fondateur de la Fondation « Ihsane Jarfi ».

Edouard Delruelle évoque son parcours intellectuel dans une interview accordée à l’Académie royale de Belgique.

Bibliographie sélective